En août 2018, je suis parti en Haute-Savoie, direction Chamonix afin de me lancer sur la trace du Tour du Mont Blanc. Une expérience qui représentait un sacré challenge : la rando était prévue en solo, en quasi autonomie et à la base sur 10 jours… Une durée raccourcie à 7 jours finalement compte tenu de l’avance prise sur certaines étapes. Allez, je vous raconte ça.

Préparer le Tour du Mont Blanc

Une telle randonnée, ça se prépare : entre les tracés, les étapes, les ravitaillement aussi… il y’a une multitude de facteurs qui sont à prendre en compte et qui doivent être anticipés.

Tracé du Tour du Mont Blanc

Le Tour du Mont Blanc, c’est 3 pays traversés, 170km de marche et environ 10.000 mètres de dénivelé. Retrouvez ci-dessous le tracé de cette rando.

Télécharger

Au départ des Houches, au Sud de Chamonix, la randonnée se fait dans le sens anti-horaire. Le tracé vous amènera à traverser les communes des Contamines, Courmayeur, La Fouly ou encore Chamonix.

Pour s’y retrouver, vous aurez besoin d’une carte…

Enfin, plusieurs cartes, plein de cartes… non, sérieusement, de préférence, prenez avec vous le topoguide de la Fédération Française de randonnée. Il tient dans la poche et vous évitera de transporter avec vous une multitude. de cartes.

Malgré un balisage très bien réalisé, la carte reste indispensable en randonnée.

Si toutefois, vous préférez l’usage de carte, l’IGN vous propose désormais une carte couvrant les trois pays. L’échelle reste au 1:50.000 mais sera clairement suffisante pour un tel parcours.

Quand faire sur le Tour du Mont Blanc ?

Le Tour du Mont Blanc peut être réalisé de début juin jusqu’à la fin septembre. Cependant, à partir de mi-septembre, certains refuges peuvent être soumis à des restrictions d’eau qui peuvent les amener à fermer. Privilégiez donc un la période mi-juin à mi-septembre. De plus, les conditions climatiques sont nettement plus rude fin septembre, si vous comptiez bivouaquer, voyez préparés. Ajouter à vos baggages un sac de couchage 0°C serait par exemple une bonne idée.

Où manger ou se ravitailler ?

Le tracé du Tour du Mont Blanc traverse de multiples villages, villes ou refuges où le ravitaillement est possible. Au départ des Houches en France, vous pouvez anticiper suffisamment de stock pour atteindre Courmayeur en Italie après 3 ou 4 jours de marche. Ensuite, prévoyez jusqu’à 2 jours de marche afin d’atteindre La Fouly où le ravitaillement sera possible. Il vous faudra à nouveau 2 jours de marche avant de rejoindre Tré Le Champ où ravito et camping seront possible.

Au delà de ces villes étapes, les nombreux refuges sur le parcours proposent également de quoi se ravitailler : pique nique, plats chauds, boissons, bière… bon, n’y allez pas pour les bières, soyons sérieux.

Comment on se nourrit sur une telle rando ?

Pour ma part, j’ai choisi l’option plats lyophilisés pour mes plats du soir et ça m’a surpris, mais ça peut être plutôt bon. De plus, plutôt léger, ce qui est un avantage non négligeable quand on cherche à développer son autonomie. Enfin, l’apport calorique reste important. En 7 jours, j’ai perdu près de 5kg, il fallait clairement recharger les batteries à la fin des étapes.

Quelques pierres pour bloquer le vent, un réchaud et un panorama pas trop mal.

Voici comment se décompose mon alimentaire sur la journée :

  • Matin : muesli maison, café soluble (indispensable)
  • Midi : fromage à pate dure (comté par exemple), saucisson
  • Soir : plat lyophilisé, soupe royco
  • Grignotage : mélange d’amandes et de noix de cajou salées (c’est important, vous allez beaucoup transpirer et le sel est nécessaire pour l’hydratation)

Refuge ou bivouac ?

L’éternel débat. Par habitude j’ai choisi l’option bivouac qui impose de partir en étant nettement plus chargé et équipé. Mais l’idée de poser la tente en pleine nature me plaisait et une rando uniquement en refuge, c’est un budget aussi.

Avantages du bivouac

  • liberté sur les étapes
  • points de vue assez incroyable
  • économique (si on a déjà le matériel)

Inconvénients du bivouac

  • beaucoup de poids en plus à porter : compter 3/4 kg pour la tente et le sac de couchage, 1Kg pour le réchaud sans compter la nourriture…
  • des conditions parfois défavorables : pluie, froid…
  • honnêtement, on a connu plus confortable
Le Refuge Elisabetta est le premier que vous croiserez après avoir passé la frontière entre la France et l’Italie.

Par contre, si vous souhaitez optez pour l’option nuit en refuge, il y’a largement de quoi faire sur le parcours. En suivant mon tracé, vous pouvez opter pour les refuges suivants :

  • Refuge de la Balme
  • Refuge de La Croix du Bonhomme
  • Refuge Les Mottets
  • Refuge Elisabetta
  • Refuge Bertone
  • Refuge Bonatti
  • Refuge Elena
  • Alpage de La Peule
  • Refuge Le Peuty
  • Refuge du Col de Balme
  • Refuge du Lac Blanc
  • Refuge de La Flégère
  • Refuge Bellachat

Peut-on bivouaquer partout sur le Tour du Mont Blanc ?

Hé bien non… mais vous vous en doutiez pas vrai ? Comme souvent, le bivouac est particulièrement réglementé au niveau local. On fait le tour ensemble.

Bivouaquer, c’est aussi se réveiller avec ce type de panoramas.

En France, sauf indication contraire, le bivouac est autorisé de 19:00 à 09:00. Ainsi veillez à ne pas planter votre tente à d’autres moments. De plus, les réserves naturelles que vous pourrez traverser ont également leur propre réglementation. Dans la plupart, le bivouac y est interdit, cependant certains spots sont incontournables sur votre tracé. Je ne saurai que vous recommander de planter votre tente au niveau du lac des Chéserys, après avoir passé Tré Le Champ.

Le Lac des Chéserys, un spot incontournable pour le bivouac sur le Tour du Mont Blanc.

En Italie, le bivouac est interdit en dessous de 2500m. Partez du principe que le bivouac est interdit tout court, les rares passages à plus de 2500m sont au niveau des cols transfrontaliers.

En Suisse, la réglementation indique que le bivouac est toléré au dessus de la limite de la forêt. Les possibilités sont donc nombreuses pour pouvoir bivouaquer. À vous cependant de faire preuve de bon sens au moment de déplier la tente.

Étapes du Tour du Mont Blanc

Au départ des Houches, je partais pour 9 jours de rando. Dès le premier jour, j’ai pris de l’avance… beaucoup d’avance. J’aime bien les étapes longues, voir d’autres panoramas, j’ai de l’endurance, alors marcher 10h voire plus ne m’inquiétait pas trop. J’ai finalement bouclé le tracé en 7 jours. Je vous présente ça ci-dessous.

Le Tour du Mont Blanc en 7 jours

  • Jour 1 : Les Houches > Refuge de la Balme
  • Jour 2 : Refuge de la Balme > Refuge Elisabetta (IT)
  • Jour 3 : Refuge Elisabetta > Refuge Bertone
  • Jour 4 : Refuge Bertone > La Fouly (CH)
  • Jour 5 : La Fouly > Col de la Forclaz
  • Jour 6 : Col de la Forclaz > La Flégère (FR)
  • Jour 7 : La Flégère > Les Houches

Si c’était à refaire, je prendrais peut être plus le temps pour certaines étapes. L’étape entre le refuge de la Balme et le refuge Elisabetta aurait pu être plus courte. De même pour celle entre le Col de la Forclaz et La Flégère qui m’aura vu fini l’étape au crépuscule en trottinant… ouais, cherchez pas une logique là dedans.

Le Tour du Mont Blanc en 10 jours

  • Jour 1 : Les Houches > Refuge de la Balme
  • Jour 2 : Refuge de la Balme > Refuge Les Mottets
  • Jour 3 : Refuge Les Mottets > Cabane Combal
  • Jour 4 : Cabane Combal > Courmayeur
  • Jour 5: Courmayeur > Refuge Bonatti
  • Jour 6 : Refuge Bonatti > La Fouly
  • Jour 7 : La Fouly > Col de la Forclaz
  • Jour 8 : Col de la Forclaz > Refuge du Lac Blanc
  • Jour 9 : Refuge du Lac Blanc > Refuge Bellachat
  • Jour 10 : Refuge Bellachat > Les Houches
Catégories : Randonnée