Une saison de live-report chez LilleLaNuit.com

Depuis octobre 2015 j’ai rejoint l’équipe de photographes de LilleLaNuit.com. Même si ça fait quelques année que je traine devant les scènes l’appareil photo à la main, pas mal de raisons ont fait que j’avais envie de rejoindre un collectif structuré, principalement deux en fait.

D’une part parce qu’après avoir passé des années à couvrir des concerts pour « aider les potes », je sentais le besoin de passer à la vitesse supérieure et de mieux structurer ma pratique. D’autre part, parce qu’associer ma pratique à un projet éditorial me semblait indispensable, parce que ce type de photoreportage ne se suffit pas à lui même mais doit accompagner un propos et n’a au final qu’un but de témoignage. Cela reste l’occasion de valoriser par l’image ce que l’on aimerait faire découvrir au final non ?

Aujourd’hui, à l’aube d’une nouvelle saison passée à squatter les salles de concerts, un appareil photo vissé à la main, je voulais faire un retour sur ces live-report qui ont marqué la saison 2015/2016.

La bonne surprise

J.C. Satàn

J.C. Satàn @ l’Aéronef – Lille

Ca fait quelques années qu’on voit tourner le nom de J.C. Satàn dans la sphère hexagonale et pourtant je ne m’étais jamais attardé sur ce groupe malgré les très bonnes critiques. Sa classification comme étant l’une des meilleures surprises en termes de concert pour cette année était indispensable et l’Aéronef nous a réservé un énorme show. C’est sans avoir écouté le moindre de leur morceau, mais en franchissant confiant les portes de la salle de concert que je découvrirai la formation. Intense, lourd et envoutant, pour moi une référence rock trop méconnue et qui saura convaincre les fans des premiers Queens Of The Stone Age.

Le plus émouvant

The Tallest Man On Earth

The Tallest Man On Earth @ Le Grand Mix – Tourcoing

Ca fait des années que je suis The Tallest Man On Earth qui reste ma référence folk contemporaine. Des mélodies riches, une émotion palpable, un style épuré qui a fait place à une orchestration plus travaillé sur le dernier album. Sur scène, le plaisir de jouer est communicatif, le sourire et les larmes s’inscrivent sur les visages du public, sans rentrer dans le mélo c’est le genre de live réconfortant qui donne le sourire et dont les mélodies restent en tête.

Le plus difficile

a place to bury strangers

A Place To Bury Strangers @ l’Aéronef – Lille

On m’avait prévenu que ce ne serait pas une partie de plaisir. On ne m’a pas menti. Coup de bol, en photographie de concert, j’ai tendance à aimer la difficulté (mes multiples concerts de Regarde Les Hommes Tomber ne m’ont jamais déçu pour ça).

A Place To Bury Strangers se traînent une réputation de groupe chaotique sur scène, et à raison! Stroboscopes, quasi obscurité interférées par de multiples projections, ambiance assourdissante et perturbations sensorielles. Oui, c’est le genre de show qui pousse vos compétences et votre matériel dans ses derniers retranchement. Mais quelle expérience !

Le plus éprouvant

Russian Circles

L’intégralité du Dunk! Festival @ Zottegem (BE) – Jour 1 / Jour 2 / Jour 3

Couvrir tout un festival en solo est un sacré challenge et était l’un des objectifs que je m’étais fixé pour cette saison. D’une part au moment du festival où vous passez la majorité de votre temps à courir d’une scène à l’autre en maintenant votre concentration au maximum pour ne pas rater un instant de l’action. D’autre part lors de votre retour où vous vous retrouvez avec quelques milliers de photos à trier (environ 3000 pour mon cas), traiter et publier par la suite.

Objectif rempli pour cette édition du Dunk! Festival qui s’est en plus révélée être une énorme surprise, riche en découvertes (Spoiwo, Nordic Giants, Arms and Sleepers, Kokomo) et en confirmations (Russian Circles, Pelican, This Will Destroy You, les incontournables 65daysofstatic). Un incontournable pour les amateurs de post-rock (donc pour moi).

Le plus doom

briqueville

Regarde Les Hommes Tomber, Briqueville, Lumberjack Feedback @ Les 4 Ecluses – Dunkerque

Les 4 Ecluses ont souvent ce don de nous surprendre dans les styles musicaux de niche, cette date en aura été une nouvelle fois la preuve. Même si j’adore The Lumberjack Feedback et que Regarde Les Hommes Tomber reste une sacrée claque, les mystérieux Briqueville ont su nous captiver. Au delà du délire masque et cape qui permet d’entretenir l’anonymat de cette formation belge (on ouvre les paris sur l’identité de ses membres?), Briqueville c’est une atmosphère lourde, hypnotique et viscérale, un climax intense et une puissance massive.

Pour résumer en un mot: doom.

Celui dont on se souviendra

General Lee

General Lee @ l’Aéronef – Lille

Cette année je me rendais compte que le premier groupe que j’ai pris en photo en concert était General Lee. Un groupe béthunois qui après 15 ans, 4 albums nous a quitté le 4 juin dernier… putain!
La couverture de ce concert, un dernier témoignage de leur fureur et leur intensité était indispensable, mais surtout c’était la dernière occasion de les remercier pour cet investissement, pour ces quinze années attachées à faire évoluer la scène locale. N’y voyons aucun raisonnement, y’a des groupes auquel tu es attaché, General Lee en fait partie.

J’aurais pu encore m’étaler, mais j’en laisse un peu pour plus tard. La saison recommence bientôt,
Retrouvez nos photos de concert sur LilleLaNuit.com.

Photo de couverture: No One Is Innocent © David Looses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *